• la tulipe sombre

     

     

    la tulipe sombre

     

    T'avais pas le droit de me quitter comme ça. T'avais pas le droit de me laisser sans tes bras. Dans cette putain de boîte,  sur ta main glacée, ma main posée  t'avait pensé très fort et t'avait chuchoté " personne ne te remplacera ". Tu te souviens. Mais j'ai eu faim, 16 ans c'est long, et, tu me connais. J'ai vécu, tu sais, non, je me suis perdue. J'en ai bouffé des petits, des gros, des grands , des beaux, des moches, des rigolos.  Avec certains, j'ai mis un genou à terre, j'ai bu l'amertume de la guerre sans jamais m'enivrer d'amour.  Ce soir, je n'en peux plus. Où es-tu ? M'entends-tu ? Dans quelle poussière es-tu ? T'avais pas le droit de mourir comme ça. Ce soir, je crève, j'ai besoin de la chaleur de tes bras. En moi c'est le chaos, le monde des hommes est laid et incompréhensible, j'ai besoin de ce simple de ce nous. Ce soir, j'ai besoin d'aimer.

    je

     

     

    « parfum de femmerevenons à nos moutons »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Mars 2016 à 05:59

    Quel joli texte ! La photo est pleine de douceur avec de belles couleurs.

     

    2
    Jeudi 3 Mars 2016 à 06:46

    Rien jamais ne s'efface....

    Bise

    3
    Jeudi 3 Mars 2016 à 07:06

    belle illustration! amitiés

    4
    Jeudi 3 Mars 2016 à 08:06

    Ta photo est très sensuelle.

    5
    monique
    Jeudi 3 Mars 2016 à 08:44

    "Ce "je" de confidence, de confession, de moyen d'expression, ce "je" pierre angulaire tantôt témoin, tantôt narrateur", tantôt celui qui permet  de dire et de crier la joie, la douleur, l'émerveillement tout ce qui se trouve à l'intérieur d'un "je" qui a besoin de s'exprimer, de sortir de cet enfermement et soulever de temps en temps la soupape de sécurité d'une cocote minute sur le point d'exploser. Ce "je" qui peut être le tien , qui est le tien, qui peut être est le nôtre à chacun, Roger Grenier en parle comme d'un procédé littéraire pour certains écrivains ,  comme Proust à la recherche du temps perdu  ce n'est pas un  "jeu" mais  un  "je" véritable qui  s'exprime haut et fort  . Je ressens tout cela très fort dans tes mots de ce matin, oui très fort. Bise Françoise.

    6
    Jeudi 3 Mars 2016 à 08:46
    Claudine/canelle

    je t'embrasse trèsfort !!

    7
    Jeudi 3 Mars 2016 à 09:01

    Un cri qui me touche

    JP

    8
    Jeudi 3 Mars 2016 à 09:12

    Juste excellente!

    Bonne journée!

    9
    Jeudi 3 Mars 2016 à 09:23

    T'a-t-il quittée en mars?

    Le printemps n'est pas tendre

    Dures et noires seront les tulipes

    mais l'été aura sourires d'enfants

    10
    Jeudi 3 Mars 2016 à 09:52

    Un texte ... fort ... et beau!

    La photo aussi

    Bonne journée

    11
    Jeudi 3 Mars 2016 à 10:23
    anto

    Salut Françoise

    J'en ai la larme à l’œil

    Une telle solitude

    Il faut faire de deuil

    De bang bang attitude .....

    (licence poétique...toute ressemblance etc etc ..)

    bonne journée   bise

    12
    Jeudi 3 Mars 2016 à 10:35

    C'est moi qui met un genou à terre devant ton écrit.... autre je

    13
    Jeudi 3 Mars 2016 à 11:18

    le cri de la plume délaissée c'est terrible ! @ +

    14
    Jeudi 3 Mars 2016 à 11:38

    Faire simple c'est très compliqué pour certains. Faut enlever des couches de contradictions, d'interprétations et de complications. Parfois jsute dire et recevoir ce qui est dit ça débloque tout. QUand on n'a pas besoi nde le dire c'est encore autre chose. Les yeux et le corps parle beaucoup.

    15
    Jeudi 3 Mars 2016 à 12:14

    dans l'absence on apprend l'autre on se nourrit de ses silences et le doux fil de nos pensées nous conduit là où personne ne peut aller  c'est dans la douleur qu'on retrouve l'envie de rire de ce qui était nous pour soulager nos craintes et nos peurs ......grosse pensée Bisous

    16
    Jeudi 3 Mars 2016 à 12:58

    Quelle belle poésie mais triste ! . Superbe macro florale , merci 

    et bonne journée , escapade  

     

     

    17
    Jeudi 3 Mars 2016 à 13:52

    Dieu que ces mots sont forts, désespérés et beaux ... j'en ai la chair de poule.
    J'ai un élan de profonde tendresse, sans déconner. Pensées.

    18
    Jeudi 3 Mars 2016 à 15:40

    Je ne t'ai jamais vue avoir autant mal, au plus profond de toi...Françoise

    19
    Jeudi 3 Mars 2016 à 17:56

    superbe photo...

    20
    Mue
    Jeudi 3 Mars 2016 à 18:28

    ...J' ai cru que ta maman était partie , puis j' ai compris ..ton regret et ta peine !

    Tendres Pensées,  Force je t' envoie

    Mue

    21
    Jeudi 3 Mars 2016 à 18:53

    @ tous : virtuels vos battements d'ailes.... lointains soleils, vos émotions frôlent la mienne.... je vous souris... ce soir, je suis à nouveau dans ma carapace.. mais je vous embrasse

     

    22
    Jeudi 3 Mars 2016 à 20:51

    Si peu de lumière... j'espère qu'elle reviendra ! Elle est revenue, je viens de le lire !...

    23
    Jeudi 3 Mars 2016 à 21:06

    Ne reste pas sombre !!

    24
    Jeudi 3 Mars 2016 à 22:56

    Bonsoir Telos..

    je reviens lire ton texte et je ressens cette douleurs qui est au fond de toi..

    Prend bien soin de toi Telos.. Je t'embrasse.

    25
    Vendredi 4 Mars 2016 à 00:58

    Bonsoir.Joli texte poignant.Si mon passage virtuel vous permet de sortir de votre carapace pour revoir le soleil ,alors ma démarche n'aura pas été vaine. On ne bronze jamais à l'intérieur.

    26
    Vendredi 4 Mars 2016 à 09:36

    Une couleur sombre pour des mots terribles... mais quelle douceur au toucher!

    27
    Vendredi 4 Mars 2016 à 13:48

    pour un peu le canard il se ferait sa mare

    avec ses propres larmes

    (il est boule versée le canard)

      • Vendredi 4 Mars 2016 à 14:01

        je ne sais plus qui a écrit..  "il faut arroser pour que ça lève". il faudra bientôt tondre le gazon à ce rythme...

    28
    Vendredi 4 Mars 2016 à 15:13

    A lire et à relire.

    29
    Samedi 5 Mars 2016 à 17:33

    Triste et beau.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :