• je, se teloscopie

     

     La roue tourne. Il pleut. L'amour s'efface. L'été se finit aussi. J'aime la pluie, la vie au bout de mes godasses. Ma vie!

    je, se telescopie

     

     

      J'affiche ma détresse, ma déception, mes amours, mes certitudes, mes faiblesses. J'affiche, je duplique, je publie, je ne " supplique ". C'est mon art de vivre, ma transparence, mon impudeur, ma liberté. Je hurle seule puis je me tais, je me tais, je me tais. Je deviens silence, je ferme les persiennes, les siennes , les miennes, je me durcis, je m'opacifie, je tombe dans l'indifférence.  Je ne me crée pas une image, je m'offre dans ma splendeur, ma " désplendeur ".

    Ce que vous ne savez pas, c'est que toute cette décadence, ces absences, ne sont qu'à côté de moi. Mon dedans est intact des impacts et je reste debout malgré les plombs de chasse de la vie. Je suis une femme et j'avance, la vie des autres toujours un peu en deçà de moi.

    je

     

    je, se telescopie

    « le videdéambule »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 2 Octobre 2016 à 07:57
    Claudine/canelle

    Voilà un texte "puissant"...

    Ta deuxième photo est toute aussi puissante !

    Bises Telos

    2
    Dimanche 2 Octobre 2016 à 08:39

    Oui la roue tourne, on est dedans, devant, derrière, elle nous pousse ou on la pousse ou on tourne comme dans le tambour d'une machien à laver. On fait ce qu'on peut pour sentir un peu moins (ou plus) le tournis .En ce moment je lis du Hélissen, et ça marche plutôt très bien.

      • Dimanche 2 Octobre 2016 à 19:22

        machine à laver, machine à laver voudrais-tu me cantonner à un rôle de " bonne femme " ?

    3
    Dimanche 2 Octobre 2016 à 08:56

    Du moment qu'on est bien avec soi-même la roue peut tourner tan qu'elle veut

    Deux très belles photos

    Bon dimanche

    4
    Dimanche 2 Octobre 2016 à 09:41

    Bonjour,

     

    La pluie efface tout

    Et marque les godasses, juste le bout...

    La vie, ma vie, ta vie, leurs vies

    Tout est kaléidoscope à l'infini...

     

    Tu écris terriblement compromettant

    Tu vibres et cries terriblement vivant...

    Tu es une assurément une femme

    Tout aussi vive et dangereuse qu'une flamme.

     

    (Pardon pour le tutoiement, votre texte m'inspire au réveil, et je l'écris à main levée en buvant mon café.)

    Le soleil est à nouveau au volet, la pluie s'en est allée...

    Bon dimanche.

      • Dimanche 2 Octobre 2016 à 19:42

        tu écris bien et c'est vivifiant, je te remercie...

    5
    Dimanche 2 Octobre 2016 à 09:49

    tu nous offres une des clés de toi....merci, tu es belle

      • Dimanche 2 Octobre 2016 à 19:43

        juste une femme un peu beaucoup re.belle. merci

    6
    Dimanche 2 Octobre 2016 à 10:31

    Ces deux mots du texte, si proches, "splendeur" / "désplendeur" – ce néologisme est un bonheur ! –  en contrepoint des deux mondes des photos, l'un immobile, l'autre qui tourne...

      • Dimanche 2 Octobre 2016 à 19:44

        alors si je te rends heureux juste un instant.. sourire . bises à vous deux

    7
    Dimanche 2 Octobre 2016 à 10:57

    l'identité ne s'identifie qu' à de rares moments où l'impression se fait de l'extérieur

      • Dimanche 2 Octobre 2016 à 19:44

        se réfugier en son centre souvent..

    8
    Dimanche 2 Octobre 2016 à 11:13

    C'est ce que l'on apprend avec la méditation, se détacher et constater que le soi est intact!

      • Dimanche 2 Octobre 2016 à 19:45

        je suis trop instable pour méditer

    9
    Dimanche 2 Octobre 2016 à 12:35

    beau rendu du mouvement! amitiés

    10
    anto
    Dimanche 2 Octobre 2016 à 15:21
    anto

    Salut Françoise 

    La roue tourne ....et nous avec ...

    bonne fin de journée   bise

    11
    Dimanche 2 Octobre 2016 à 19:15

    ???

    Bisous et bonne soirée Lucia

      • Dimanche 2 Octobre 2016 à 19:47

        cool la vie s'écoule..... tout est ok.;merci.. bise du soir Lucia

    12
    Dimanche 2 Octobre 2016 à 20:35

    Françoise,

    LOL. Oh que non. Vive la répartition des tâches et l'égalité !

    @+

    13
    Dimanche 2 Octobre 2016 à 21:41

    Une roue...qui se dévoile

      • Lundi 3 Octobre 2016 à 07:40

        ne croire en rien, sous le voile un autre voile puis un autre, l'humain est couches successives

    14
    Dimanche 2 Octobre 2016 à 22:39
    erato:

    Un très beau texte très fort.

    Si l'on est bien avec soi-même , la roue peut tourner , on avance sereinement.

    Belle soirée Telos

    15
    Mue
    Lundi 3 Octobre 2016 à 05:24

    Beaux rouages ...bien gérés

      • Lundi 3 Octobre 2016 à 07:41

        c'était un beau moulin à papier.. la vie chiffons

    16
    Lundi 3 Octobre 2016 à 09:15

    La roue tourne, oui, mais si tu regardes bien, ce n'est pas si grave, elle tourne depuis toujours, il suffit juste de se rapprocher du point axial pour ne plus bouger avec elle tout en la regardant tourner et en regardant ceux qui tournent avec.

    17
    Mardi 4 Octobre 2016 à 13:22

    Difficile parfois de ne pas se laisser prendre le doigt, voire davantage, dans un de ces rouages.....

    18
    Mercredi 5 Octobre 2016 à 11:18

    Tu es, c'est l'essentiel. Ne pas regarder la roue tourner, bâtir son chemin.

    19
    Dimanche 15 Janvier à 13:54

    sur la roue tourne qui tourne

    faire du surplace

    c'est avancer quand même.

    PS

    pas toujours facile de faire du surplace sur une roue qui tourne

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :