• " Il n'y a plus d'après "*

     * titre d'une chanson de Guy Béart

     

     

     

     

     

    poème du xiv ème écrit par un anonyme

    L'amour de moy s'y est enclose

    Dedans un joli jardinet

    Où croît la rose et le muguet

    Et aussi fait la passerose

     

    Ce jardin est bel et plaisant

    Il est garni de toutes flours

    On y prend son ébattement

    Autant la nuit comme le jour

     

     

    « noirpneu d'occasion »

  • Commentaires

    1
    Mue
    Jeudi 12 Janvier à 07:40

    Triste constat ...

    2
    Jeudi 12 Janvier à 07:58

    Poeme en vieux  "François"..super !!

    Perspective bien triste ..

    Bises 

     

    3
    Jeudi 12 Janvier à 09:24

    le chemin des crêtes est sans issue

    4
    Jeudi 12 Janvier à 09:40

    un poème plein d'émotion ,

    émotion que nous avons perdu ,belle journée

    5
    Jeudi 12 Janvier à 09:41

    et pourtant on est pas a St germain des prés! amitiés

    6
    Jeudi 12 Janvier à 09:50

    Du grenier à la cave mais toujours avec délicatesse dans le traitement. On l'espère pour le bétail...

    7
    Jeudi 12 Janvier à 10:10

    Cela prouve qu'à Denfert Rochereau ou rue d'Alésia il y a encore des gens qui savent écrire! yes

    8
    Jeudi 12 Janvier à 10:33

    ... à Saint-Germain-des-Près.. des prés ?

    Pauvres bêtes.. triste..

     

    9
    Jeudi 12 Janvier à 10:34

    Dans ma jeunesse....smile j'aimais les poèmes de François Villon....Ah sa * balade des dames du temps jadis*  !!!

    Pauvres crêtes rouges....vive l'élevage en plein air !!!

    Bises ma belle.

    10
    Jeudi 12 Janvier à 11:00

    la violence d'un rapprochement qui résume un peu notre époque )

    11
    monique
    Jeudi 12 Janvier à 12:44

    Des crêtes comme un bouquet de roses rouges dans le gris des clôtures et l'éphémère des jours

    12
    anto
    Jeudi 12 Janvier à 16:13
    anto

    Salut Françoise 

    Nous on prend notre ébattement 

    Dans le jardinet de Françoise 

    La nuit et le jour durant 

    C'estoit toujours la même extase 

       bonne soirée  bise....

    13
    Jeudi 12 Janvier à 17:13

    Un poème en vieux français .... c'est rare. Nous apprenions à l'école !

    Les poulettes ta photo est jolie mais cela me fait mal. Bises et bonne soirée

    14
    Jeudi 12 Janvier à 17:42

    ...le coq attend les crêtes serrés

    15
    Jeudi 12 Janvier à 18:41

    horrible les batteries animales! ça me hérisse le poil

    16
    Jeudi 12 Janvier à 21:29

    Hélas ! Il n'est si douce chose

    Que de ce doux rossignolet

    Qui chante au soir, au matin et

    Quand il est las, il se repose

     

    Je la vis l'autre jour, cueillir

    La violette en un vert pré

    La plus belle qu'oncques je vis

    Et la plus plaisante à mon gré

    happy

    17
    Vendredi 13 Janvier à 11:21

    Au premier regard j'ai cru un champ de tulipes, mais non, c'est bien une batterie de volailles.

    Merci pour nous avoir offert ce poème en vieux François. 

    18
    Samedi 14 Janvier à 09:31

    Le poulet de Loué aurait-il migré dans le XIV ? happy

    19
    Mercredi 18 Janvier à 23:45

    Magnifique champ de fleurs-crêtes !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :